Une nouvelle vie Archives - Yumee

Category Archives for Une nouvelle vie

Comment gérer la rupture amoureuse et la solitude ?

Comment gérer une rupture amoureuse et la solitude ?

Une rupture amoureuse, c'est l'occasion de se découvrir soi-même et d'explorer de nouveaux horizons.

La rupture amoureuse est un chamboulement de la vie même si elle était attendue. Elle nous remet en question. Et elle nous met face à une vide relationnel et émotionnel auquel on n’est jamais vraiment préparé.

Voici 4 clés pour rebondir plus facilement et plus haut.

Clé n°1 - Souffrir ou se maintenir dans la relation

Souvent on s'accroche aux souvenirs passés…quand on était heureux(se) avec l’ex. En fait, on a peur de ne plus jamais revivre ces instants de bonheur. Du coup, même si on n’est plus ensemble, on reste focalisé(e) sur cette ancienne histoire. 

Donc, on ne peut pas faire le deuil. Et sans deuil, on ne peut pas redémarrer une autre histoire.

Si vous ou votre ex n’étiez pas heureux(se) dans la relation…c’est mieux qu’elle soit terminée.

Car franchement, pendant encore combien de mois, d’années, vous aviez l’intention d’être malheureux(se) ? 

Aujourd’hui, vous gagnez du temps à ne plus être dans une relation qui n’avait pas d’autre choix possible que de s’arrêter.

Il y aura d’autres relations : regardez votre histoire. Ce n’était surement pas la première.

Mais avant de démarrer une autre relation, lisez les 3 autres clés qui suivent !

Les relations successives n'ont pas d'autre but que de nous apprendre à mieux nous connaître et à devenir meilleur pour la prochaine relation.

Clé n°2 - Pensez enfin à vous !

Quand on est en couple, si vous êtes comme moi, vous pensez souvent à l’autre afin qu’il (elle) soit bien dans la relation. Ca vous prend du temps et de l’énergie.  

Et bien maintenant, faites ce que vous aimez. Pensez à vous. Reprenez les anciennes activités que vous aviez mises de coté. Renouez avec les ami(e)s que vous aviez négligés parce que votre ex ne les aimait pas.

Et puis, faites de nouvelles choses : démarrez un nouveau sport. Voyagez là où vous n’êtes pas encore allé(e). Rencontrez de nouvelles personnes. Méditez. 

C’est quand on est seul qu’on peut vraiment se connecter à soi et explorer de nouveau horizons.

Quand on est seul, c'est le meilleur moment pour faire ce que l'on aime !

Clé n°3 - Qu'avez-vous appris sur vous ?

Cette rupture est le moment de faire le bilan de vos forces et de vos faiblesses relationnelles. Il y a eu des moments où vous avez été en fragilité(e) dans cette relation. Et d’autres qui vous ont mis(e) mal à l’aise. Sachez les dépasser afin de progresser et de mieux vivre votre prochaine relation.

Profiter de cette rupture pour booster votre développement personnel. Seul ou avec des vidéos sur internet. Et pourquoi ne pas prendre une séance de coaching individuel pour poser les questions auxquelles vous n’avez pas encore de réponses.

La rupture amoureuse c'est une mise au point pour mieux comprendre qui on est et ce que l'on veut vraiment. 

Clé n°4 - Amour ou attachement ?

C’est aussi le moment de bien faire la différence entre l’amour et l’attachement.

L’amour reçu d’une personne vous donne de l’énergie et vous comble de bonheur. L’attachement est une dépendance à cette personne. Ca vous emprisonne et (ou) ça emprisonne l’autre. C’est source de confrontation de la part de celui (celle) qui a des attentes insatisfaites.

L’amour vous fortifie. Alors que l’attachement affaiblit la relation. Celui qui est attaché peut soit devenir un dépendant affectif soit un oppresseur qui attend que vous le(la) rassuriez car il(elle) ne sent pas suffisamment aimé(e).

L’amour c’est accueillir l’autre tel qu’il (elle) est et vous ouvrir à lui (elle) sans masque. L’attachement est une recherche de sécurité qui conduit à la domination de l’autre pour le (la) changer ou à la soumission à l’autre pour être sûr de le (la) garder.

Plus l’attachement est important, plus ça signifie qu’on est en insécurité affective. 

Une relation où l’attachement prend plus de place que l’amour sera toujours source de souffrance. Car elle sera le lit de la manipulation, de la prise de contrôle de l’un sur l’autre. Ou d’assujettissement de l’un à l’autre. 

Une personne qui dit vous aimer mais qui cherche à vous changer confond amour et attachement.

Conclusion 

En conclusion, vous avez là 4 clés pour mieux commencer (ou terminer) le deuil de votre ancienne relation ainsi que de vous préparer à la prochaine.

Cette relation qui vient de s'achever était une étape nécessaire à votre cheminement. Même si vous souffrez encore, ça vous a donné l’opportunité de mieux vous connaitre et de booster votre développement personnel.

Et ça, c’est une bonne nouvelle pour votre prochaine relation.

Lisez également 5 clés pour avoir une belle relation et Est-ce la bonne personne pour vous ? pour avoir d'autres clés qui permettent d'être heureux.

Pour reconnaitre facilement la bonne personne, affûtez votre intuition et travaillez sur votre "estime de soi".

Face à la difficulté, ne restez pas seul(e). Un coaching vous aide à accélérer votre transformation. Et ça vous donne de l'assurance dans vos relations avec les autres.

Grâce à un coaching, vous :

  • Vivez mieux vos relations
  • Accélérez vos changements 
  • Apprenez des techniques
  • Gagnez des ressources
  • Développez votre confiance
  • Appréciez mieux votre vie

90% des coachés estiment avoir atteint ou dépassé leurs objectifs

Vous avez aimé cet article, faites-en profiter vos amis.

Partagez !

Pour recevoir nos quiz, nouvelles videos et articles, abonnez-vous !

Vous avez une question ?

Laissez-nous votre message :

Suivez-nous !

Comment reconnaitre le bon partenaire ?

Comment reconnaitre le bon partenaire ?

Comment découvrir le bon partenaire avec Yumee.fr

À la fin de notre vie, les moments qui auront marqué notre existence seront ceux qui auront été remplis d'amour. 

On croit choisir la personne avec qui on a envie de sortir voire de fonder une famille…mais c’est faux. En réalité, ce choix nous est orienté par notre enfance.

Les parents que nous avons eus nous prédisposent à être attiré par un certain type de femmes ou d’hommes.

L’amour s’apprend dans l’enfance

Quand nous sommes nés, nous avons connu l’amour de 4 façons :

  1. La façon dont notre mère nous a aimé.
  2. La façon dont notre père nous a aimé.
  3. La façon dont notre mère a aimé notre père. 
  4. Et inversement.

Nos parents nous ont aussi appris à parler avant d’aller à l’ école : moi ça a été le français. Et ensuite, on a amélioré notre matière grâce à d’autres enseignants.

Et, en général, on a même appris une 2ème voire une 3ème langue.

Avec l’amour, c’est le même raisonnement. C’est comme une langue. J’ai appris comment aimer et être aimé en observant mes parents.

Puis ensuite, après eux, c’est la vie et mes relations successives qui ont complété leurs enseignements, parfois avec douleurs. 

L'amour n'a pas d'autre but que de nous apprendre, à travers la relation, à mieux nous connaître et à devenir meilleur.

Nos parents sont parfois défaillants

Le problème c’est qu’il arrive parfois que nos parents soient fragiles, déprimés, en colère… vulnérables. Et donc, pas prêts à donner de l’amour ou de la tendresse à un enfant ou même entre eux. 

Et là, c’est la catastrophe ! Car ils nous apprennent, involontairement, comment faire pour « mal aimer » une autre personne…voire « la maltraiter ».

Et en plus, le deuxième effet, c’est que ce manque d’attention qu’on a eu dans notre enfance a créé en nous un manque d’amour associé à une faible image de soi qu’on va trainer toute notre vie (ou presque). 

Tant qu’on n’aura pas changé cela, on va donc tenter de combler ce manque d’amour originel avec des partenaires « inappropriés » qui surement auront leurs propres carences d’amour à combler.

C’est pour cela qu’il est essentiel de s’aimer soi-même et d’être convaincu qu’on mérite d’être aimé(e) avant de se mettre en couple. 

Tant qu'on ne s'aime pas suffisamment soi-même, on s'investit dans des  relations qui seront sources de difficultés. 

Comment on choisit ses partenaires amoureux

Donc, au départ, on choisit ses partenaires amoureux en essayant de reproduire le modèle de relation qui nous a été enseigné : celui de papa et maman. Et de préférence avec quelqu’un qui nous rassurera sur notre valeur (l’estime de soi).

Sauf que, parfois, là où on espérait trouver de l’amour et de l’attention, on trouve une personne qui nous délaisse ou qui s’en prend à nous. Comme un de ses deux parents le faisait avec l'autre parent ou l'enfant que nous étions.

Ensuite…soit on reste en couple en souffrant. Soit on décide de rompre.

Sur la route de l'amour on prend souvent des chemins de traverse. Et on se perd.

L’amour chimique au début d’une relation

Au début d’une relation, l’attirance entre deux personnes est purement chimique… Elle n’est pas raisonnée ou logique. Elle est euphorique ! 

On fonce tête baissée dans la relation car on est convaincu que le partenaire est le bon.

Car justement, il (elle) nous donne l’impression qu’il (elle) comble ce déficit d’amour que nous trainons depuis l’enfance ! C’est génial ! Fonçons !

La clé pour reconnaitre si c’est le bon partenaire

Malgré ce comportement impulsif, je vais tout de même vous donner une clé qui va vous aider à garder la tête froide. La voici …

Observez-vous quand vous êtes avec ce partenaire. Si vous êtes en train de jouer un rôle, c’est que quelque chose ne va pas dans la relation. Soit chez vous soit chez l’autre. Et ça doit vous alerter que vous démarrez quelque chose qui n’est pas sain…puisqu’un jour, les vraies personnalités reprendront leurs places. Et que la relation initiale va donc changer… Quand chacun va s’apercevoir que l’autre est une autre personne.

Une relation qui échoue n'est pas un échec. Car elle vous a appris à mieux vous connaître et vous a préparé à la prochaine relation.

La bonne personne

La bonne personne, c’est celle avec qui on est bien en étant soi-même dès le départ. Car cette authenticité relationnelle est la preuve que, tous les deux, vous vous permettez de :

  • Vous dire les choses, 
  • Montrer vos imperfections,
  • Ne pas avoir peur de ce que l’autre pense, 
  • Ne pas se sentir jugé par l’autre, 
  • De s’accepter soi-même comme on est, 
  • D’accepter l’autre comme il (elle) est sans vouloir le (la) transformer

Et surtout d’avoir un niveau d’estime de soi qui vous met l’un et l’autre à l’abri des variations d’humeurs intempestives qui vont du mutisme à la colère. Car c’est cela qui est source de beaucoup de conflits dans les couples.

Conclusion 

Vous l’avez compris, encore une fois, l’estime de soi est la clé qui vous permet de mieux choisir vos partenaires amoureux. Ainsi d’ailleurs que vos partenaires amicaux ou professionnels…

Quel que soit votre niveau d’estime de soi, continuez donc à le faire grandir. Surtout s’il a été malmené dans votre enfance. 

Et puis, si vous êtes en couple depuis longtemps, une bonne estime de soi, c’est ce qui vous permettra d’avoir une relation épanouissante.

Donc, pour savoir où vous en êtes avec l’estime de soi, demandez-vous si :

  • vous faites souvent passer les autres avant vous
  • vous jouez un rôle quand vous êtes avec d’autres personnes
  • vous vous sentez jugé(e) par les autres
  • vous accordez « trop » d’importance à ce que les autres pensent de vous

Lisez également 5 clés pour avoir une belle relation et Est-ce la bonne personne pour vous ? pour avoir d'autres clés qui permettent d'être heureux.

Pour reconnaitre facilement la bonne personne, affûtez votre intuition et travaillez sur votre "estime de soi".

Face à la difficulté, ne restez pas seul(e). Un coaching vous aide à accélérer votre transformation. Et ça vous donne de l'assurance dans vos relations avec les autres.

Grâce à un coaching, vous :

  • Vivez mieux vos relations
  • Accélérez vos changements 
  • Apprenez des techniques
  • Gagnez des ressources
  • Développez votre confiance
  • Appréciez mieux votre vie

90% des coachés estiment avoir atteint ou dépassé leurs objectifs

Vous avez aimé cet article, faites-en profiter vos amis.

Partagez !

Pour recevoir nos quiz, nouvelles videos et articles, abonnez-vous !

Vous avez une question ?

Laissez-nous votre message :

Suivez-nous !

Comment être heureux grâce à la gratitude

Comment être heureux grâce à la gratitude ?

Pratiquer la gratitude avec Yumee.fr

Semez de la gratitude et vous récolterez du bonheur. 

Entre la tristesse et le bonheur il y a toute une gamme d'états qui sont à l'origine de nos humeurs c’est à dire nos chagrins ou de nos joies. C'est un peu le sentiment en arrière-plan qui conditionne notre façon de percevoir le monde. Et de cette perception naissent nos émotions.

Pratiquer la gratitude ou le remerciement oriente notre esprit. Il va donc se focaliser sur ce qui va bien. Ca permet de sortir du cercle vicieux qui consiste à ne voir que des problèmes encore et encore tant qu'ils ne sont pas résolus.

Alors qu'avec la gratitude, on n'oublie pas les problèmes, mais on sait aussi voir ce qui va bien. Et ça, ça nous permet de d'avoir une bonne humeur et de percevoir l'avenir avec plus d'optimisme.

Notre gratitude est suscité par notre humeur.

Je vous donne un exemple pour bien comprendre.

Si vous regardez un film triste comme « La vie est belle » ou « Le patient anglais » ou « Sur la route de Madison »…vous vous fabriquez une humeur triste.

Donc, à la fin d'un de ces films, vous verrez plus facilement que le ciel est gris, qu’il pleut ou les choses cassées autour de vous. Comme si votre humeur était temporairement en dépression. Et vous n'aurez aucune gratitude pour rien. Au contraire, vous pourriez même avoir du ressentiment.

Alors que si vous regardez « Good Morning England » ou « Le Fabuleux destin d’Amélie POULAIN » ou « la Mélodie du Bonheur », vous serez plein de joie et aurez envie d’embrasser la première personne venue. Vous déborderez alors de gratitude et de bonnes intentions.

Donc, vous pouvez conditionner votre humeur qui elle-même conditionne votre capacité à avoir de la gratitude envers le monde qui vous entoure.

Quand j’ai vu en 1995 le film "Forest GUMP", j’ai été bouleversé. Je trouvais qu’il y avait tellement d’humanité et de bonté dans le personnage de Forest que j’étais soudainement rempli de générosité et d’altruisme. J’avais abaissé toutes mes barrières qui faisaient, qu’en général, j’ai une tendance naturelle à me tenir à distance des autres. En sortant du cinéma, j'avais envie d'embraser tout le monde.

Vous voyez donc que, suivant notre humeur, on a deux façons possibles de voir le monde.

La vie c'est comme une boite de chocolats : il y a des morceaux meilleurs que d'autres. 

1ère façon : Je vois le monde avec agacement et nostalgie

C'est quand nous voyons le verre à moitié vide. Par exemple quand je tombe en panne d'essence, je vais pester contre cette voiture et oublier tous les services qu'elle m'a rendus.

Autre exemple : à la première critique que me fera mon ami, je serai vexé… Donc bloqué car je n'aurai plus d'autre focus que sur cette critique.

Souvenez-vous de la dernière fois où vous avez été en colère… Et de la façon dont vous considériez alors les gens et les événements. Vous étiez surement remonté contre votre problème mais surement aussi contre d’autres personnes…

Quand on voit le verre à moitié vide, tout nous paraît aller de travers. On est fatigué, nostalgique, énervé ou inquiet...

Quand je vois le verre à moitié vide, tout devient laid et méchant. J'ai peur des autres. L'avenir est bouché ; je me referme.

2ème façon : Je vois le monde avec de la joie

Quand notre esprit est rempli de joie, on a une tendance à voir le verre à moitié plein. C’est à dire que tout ce qui nous entoure nous semble beau, accessible et positif. Et inversement : quand on se focalise sur le positif, on est moins impacté par les tracas quotidiens. C’est notamment dans cet état d’esprit qu’on a confiance en soi, confiance dans les autres et dans l’avenir.

Dans ces moments là, nous sommes souriants et notre joie intérieure se voit à l’extérieur. C’est d’ailleurs pour cela que nous devenons « attractifs ». Donc si vous voulez augmenter votre capital attraction, que ce soit pour des raisons privées ou professionnelles, remplissez votre verre avec de la joie à ras-bord.

Sur la planète joie, tout le monde est beau.

Vous préférez être heureux ou mélancolique ? 

Si vous en aviez la possibilité, vous préfèreriez être heureux ou être mélancolique ?

Je ne prends pas trop de risque en supposant que vous préfèreriez être heureux. Car, en réalité, c’est le but plus ou moins conscient que nous cherchons tous à atteindre.

Et bien pour être heureux, il faut se conditionner pour voir le verre à moitié plein comme quand vous venez de regarder un film qui vous a inspiré de la joie et de l’amour. Et que vous ressortez du cinéma plein d’énergie.

Comment se conditionner ? Et bien avec une technique très simple : pratiquer la gratitude ou le remerciement. Car à chaque fois que vous remerciez, vous vous focalisez sur la partie à moitié pleine du verre.

Remercier pour quoi ? Et bien pour tout ! Quand ? A chaque fois que c’est possible. Qui ? Vous-même d’abord, puis les éléments de la nature si vous y êtes sensibles…les gens que vous aimez, ceux qui vous aident...

Moi par exemple, je suis reconnaissant quand je vois un joli lever ou coucher de soleil car c’est une chance que certains n’ont pas. Je suis reconnaissant d’avoir une maison où je me sens à l’aise. 

J’ai de la gratitude d’avoir des gens que j’aime et qui m’aiment autour de moi. J'ai de la gratitude pour vous qui me lisez ou me regardez.

En fait, là où vous êtes maintenant, tournez la tête à droite puis à gauche…et vous trouverez plein de raisons d’avoir de la gratitude.

Conclusion 

On dit que le bonheur ne tient qu’à un fil. Ce  que j’entends dans cette maxime c’est que le bonheur peut disparaitre du jour au lendemain… C’est justement une façon de voir le verre à moitié vide.

Il ne tient qu’à nous de remplir ce verre. Ayez très souvent de la gratitude envers les gens, les objets, les événements. Et vous verrez que votre rapport au monde va changer, que vous serez beaucoup plus heureux et que les gens vont être attirés par vous.

Lisez également Transformer sa peur d’agir en envie de faire et 5 clés pour avoir une belle relation pour avoir d'autres clés qui permettent d'être heureux.

Le bonheur est à la portée de chacun dès qu'on développe des qualités spécifiques. .

Face à la difficulté, ne restez pas seul(e). Un coaching vous aide à accélérer votre transformation. Et ça vous donne de l'assurance dans vos relations avec les autres.

Grâce à un coaching, vous :

  • Vivez mieux vos relations
  • Accélérez vos changements 
  • Apprenez des techniques
  • Gagnez des ressources
  • Développez votre confiance
  • Appréciez mieux votre vie

90% des coachés estiment avoir atteint ou dépassé leurs objectifs

Vous avez aimé cet article, faites-en profiter vos amis.

Partagez !

Pour recevoir nos quiz, nouvelles videos et articles, abonnez-vous !

Vous avez une question ?

Laissez-nous votre message :

Suivez-nous !

Tournez la page

Comment tourner la page en changeant seulement un mot ?

Comment avancer et ne pas resté bloqué sur un événement passé que l'on ressasse et qui nous fait souffrir en permanence ? Il suffit de changer un mot.

Bloqué dans le passé

Il arrive qu’un événement de notre histoire passée ne soit pas « réglé » et que nous soyons bloqué dessus. Comme si nous étions enfermé dans cette histoire et que nous ne puissions pas vivre pleinement dans le présent ni se projeter dans le futur.

On est tellement focalisé dessus qu’on ne pense qu’à ça.

En réalité, nous avons du mal à accepter ou à donner du sens à ce qui s’est passé pour cet événement.

Par exemple, je peux avoir du mal à accepter une rupture, un licenciement, une maladie…

Et tant que je n’ai pas accepté, je reste concentré sur cet événement : je ne vois que cela, je ne pense qu’à cela…je refais l’histoire dans ma tête…je tourne en boucle et je me construis des fins différentes qui donnent un autre sens à cette histoire.

On ne vit pas pleinement le présent

Tout cela pour tenter d'être en paix avec cette histoire.

Finalement, c’est comme si je devais faire le deuil et que je n’arrivais pas à dépasser la phase du déni.

Regardez de nouveau la vidéo que j’ai faite sur les Fluctuations amoureuses après une rupture

Parmi les 10 étapes que vous traversons pour faire le deuil d'un événement passé, vous y retrouverez une étape qui s’intitule le DENI.

Quand je suis bloqué à cette étape, c'est que je refuse ce qui vient de se passer.

En principe, l'étape du déni ne devrait durer qu’un temps. Et je devrais passer à l’étape suivante au bout de quelques semaines ou mois…mais chez certains, c’est impossible parce que l'événement est inacceptable.

Par conséquent, ils refusent de tourner la page de cette rupture ou de ce licenciement ou de cet événement.

Et le problème c’est,  qu’en faisant une fixation dessus, il ne vivent pas pleinement dans le présent…

Quand on refuse ce qui s'est passé dans le passé, on ne vit pas pleinement dans le présent.

C'est à cause d'un mot que nous restons dans le passé

Et ce comportement est dû un cercle vicieux qui s’est mis en place dans leur tête à cause d’un seul mot. Ce mot c’est « POURQUOI ? »

  • Pourquoi cela est arrivé ? Pourquoi, c’est à moi qu’on a fait cela ?
  • Pourquoi, je n’ai pas su répondre…réagir… ?
  • Pourquoi j’ai été licencié ?
  • Pourquoi il m’a quittée ?
  • Etc.

Et à chaque fois que je me pose la question POURQUOI, vous savez quelle réponse j’obtiens ?

Aucune !!! Car il n’y a pas de réponse. 

Quand je me demande pourquoi il m’a quitté, ou pourquoi j’ai été licencié…en réalité, je n’ai pas de réponse. Donc je me pose une question à laquelle je ne peux pas répondre.

Et même si je trouve une réponse, il est fort probable que la réponse ne me satisfera pas. Donc je vais me la reposer…et encore…jusqu’à ce que j’ai exploré toutes les réponses possibles…et que, de guerre lasse, je comprenne qu’il n’y a pas de réponse vraiment satisfaisante.

L’inconvénient, c’est que cette étape m’aura pris des mois ou des années durant lesquelles, je n’aurais pas été dans le présent…mais dans le passé. Autrement dit, je serai passé à côté de ma vie.

Quand je me demande pourquoi cet événement est arrivé, je reste focalisé dans le passé. Et j'oublie de vivre dans le présent.

Solution : remplacer le mot pourquoi

Bon, maintenant que je vous ai dit cela, vous allez me demandez : OK, Bruno, c’est bien gentil mais qu’est-ce que tu nous proposes à la place ?

Je vous propose de changer le mot « POURQUOI » par le mot « COMMENT ».

Au lieu de dire : POURQUOI, ça m’est arrivé à moi, demandez-vous « COMMENT je peux aller mieux ? » ou « COMMENT je peux faire pour changer ce que je ressens ».

Le mot COMMENT vous tourne vers le présent et vous défocalise de votre passé. C’est radical !

Avec le mot COMMENT, vous commencez à cherchez de solutions pour allez de l’avant. L’avantage de ce mot, c’est qu'il fait appel aux solutions contrairement au mot POURQUOI, qui lui fait appel aux difficultés.

En commençant mes questions avec "COMMENT", je fais appel aux solutions. Je vis dans le présent.

Se motiver pour utiliser "COMMENT" à la place de "POURQUOI"

Alors comment faire pour passer du POURQUOI au COMMENT ?

Si vous le pouvez, faites-vous coacher, ça aide bien. Si non, imaginez-vous dans 1 mois à vous poser les mêmes questions qui commencent par POURQUOI. Voyez à côté de quoi vous êtes passé en restant focalisé sur le passé pendant un mois.

Puis imaginez-vous au bout d'un an toujours avec les mêmes questions qui commencent par POURQUOI. Voyez, de nouveau, toutes les choses que vous avez ratées parce que vous avez été focalisé sur votre passé.

Puis imaginez-vous dans 3 ans... puis dans 5 ans. Pensez à toutes ces personnes à côté de qui vous êtes passé sans les remarquer. Pensez à toutes ces joies que vous n'avez pas pu ressentir parce que vous étiez préoccupé par le passé...ou à toutes ces opportunités que vous n'avez pas pu voir.

Est-ce que au bout de 5 ans,  vos questions qui commencent par POURQUOI vous ont aidé ? Bien sûr que non ! Pendant 5 ans, vous avez tourné en boucle. 

Est-ce c’est vraiment ce que vous avez envie de faire pour les 5 prochaines années ?

Conclusion

Il y a une autre raison pour laquelle vous devez arrêter de ruminer votre passé pour tenter de le modifier : vous générez votre propre frustration. 

En effet, vouloir contrôler quelque chose sur quoi on n'a pas de pouvoir met en évidence votre impuissance à obtenir des résultats.

Donc, en plus d'être frustré, vous finissez par vous sentir dévalorisé.

Et ça, ce n'est pas bon du tout pour le moral !

Faire le tri dans sa façon de relationner n'est pas toujours facile.

Face à la difficulté, ne restez pas seul(e). Un coaching vous aide à accélérer votre transformation. Et ça vous donne de l'assurance dans vos relations avec les autres.

Grâce à un coaching, vous :

  • Vivez mieux vos relations
  • Accélérez vos changements 
  • Apprenez des techniques
  • Gagnez des ressources
  • Développez votre confiance
  • Appréciez mieux votre vie

90% des coachés estiment avoir atteint ou dépassé leurs objectifs

Vous avez aimé cet article, faites-en profiter vos amis.

Partagez !

Pour recevoir nos quiz, nouveaux événements et articles, abonnez-vous !

Vous avez une question ?

Laissez-nous votre message :

Suivez-nous !

Tomber amoureux-se rapidement : illusion ou cupidon-erie ?

Parfois, on rencontre quelqu’un et c’est tout simplement magnifique : on passe une soirée géniale, on parle comme si on se connaissait depuis toujours. On se promet de se revoir.

Et puis le lendemain et les jours suivants…plus rien ou presque !

On s'invente une histoire

C’est à peine si on se textote. Comme si les moments géniaux n’avaient pas existé.

Que s’est-il passé ?

En réalité, tous ces moments extraordinaires que nous avons réellement vécus avec cette personne, nous les avons sublimés et transformés en une histoire à laquelle nous croyons maintenant.

Dans notre esprit, il est évident que tous ces signes signifient que cette rencontre est le démarrage d’une histoire. 

Et bien NON ! Pas forcément…

Il y a 3 raisons qui expliquent pourquoi on tombe « amoureux » si vite.

Raison n°1 : notre célibat crée notre besoin d’affection

La période de célibat renforce notre sentiment de solitude et notre besoin d’affection. 

Et plus le célibat est long, plus on est en manque d’affection. Du coup, quand nous rencontrons quelqu’un avec qui nous avons une réelle connexion, on y croit !

Raison n°2 : on a un « besoin » de tomber amoureux(se)

Dans cet état, n’importe quel signe vient nous conforter dans l’idée que cette rencontre va donner quelque chose. Notre discernement devient « sélectif » et démontre que tous ces signes aboutissent à notre conclusion : Cupidon a atteint ses deux cibles !

Raison n°3 : on se fait "un film"

Entre chaque signe, on se construit le reste du film en créant des bouts de scénarios qui donnent de la cohérence à cette histoire « naissante » …Seulement, l'autre n'est pas au courant.

Avant de vous lancer, vérifiez cela :

Est-ce que l’autre investit du temps dans la relation ?

Est-ce qu’il/elle vous appelle ou vous envoie des messages ? Vous propose-t-il/elle des activités pour vous revoir ? Fait-il/elle des projets à court terme ?

Ou bien est-ce toujours vous qui êtes à l’initiative de tout ?

Car, si après plusieurs essais, les tentatives de rapprochement sont à sens unique, il est clair que l’autre ne partage pas votre envie de relation.

Il vous reste à continuer votre cheminement personnel.


CÉLIBAT : Période entre deux relations utilisée pour mieux se connaître soi-même afin de se préparer à rencontrer des personnes qui nous correspondent vraiment.

Continuer son cheminement personnel

C.G JUNG disait que « le moment le plus important pour travailler sur son couple, c’est avant d’en faire partie ».

C’est essentiel pour 2 raisons : 1 - éviter de démarrer des relations vouées à l’échec pour combler notre vide affectif. 2 – poser les bonnes bases relationnelles d’une relation naissante afin qu’elle perdure.

Le cheminement personnel nous amène à profiter des périodes de célibat pour mieux se connaître soi-même afin de rencontrer les personnes qui nous correspondent vraiment.

Sans ce travail personnel, on n’avance pas et il est probable que nous redémarrions les nouvelles relations à l'identiques des précédentes.

Vous avez une question concernant cet article ?

Laissez-nous votre message :

Pour recevoir nos quiz, nouveaux événements et articles.