Oser dire et faire Archives - Yumee

Category Archives for Oser dire et faire

Faire une bonne (1ère) impression

Comme faire une bonne (1ère) impression ?

Comme faire une bonne (1ère) impression ?

La première impression est toujours la bonne, surtout quand elle est mauvaise.

Henri Jeanson

La première impression c’est ce que l’autre retiendra de vous au bout de quelques minutes voire quelques secondes à vous regarder ou vous écouter. Donc, ça peut aller très vite.

Ca peut se passer lors d’une discussion en face à face, ou simplement en vous regardant de loin.  Ou bien, au cours d’une conversation téléphonique.

Et après un loupé, c’est galère pour remonter la pente et modifier chez l’autre cette première perception que vous avez laissée.

Puisque, pour effacer une mauvaise (1ère) impression, il faut 8 bonnes impressions. 

En plus, le problème c’est qu’on n’a pas souvent la possibilité de faire une 2ème impression.

Par exemple, si vous passez un entretien d’embauche, vous n’aurez droit qu’à une seule impression…

Pareil si vous abordez un homme ou une femme.

Soyez toujours en mode "1ère impression"

Soyez vigilant car, souvent, vous pouvez faire une 1ère impression sans que vous ne le sachiez.

Par exemple, une fois, j’avais RdV dans un café à Toulouse avec une consoeur coach que je ne connaissais pas. J’arrive en avance, je m’installe et je commande une boisson.

Quand le serveur arrive, il renverse mon café sur ma table…il était très gêné…et je l’ai aidé à éponger tout en le rassurant…en lui disant que ce n’était pas grave.

Je bois mon café. Enfin le deuxième que le serveur m’avait apporté puis j’appelle ma consoeur au téléphone. Soudainement, celle qui répond, c’est la femme qui est assise deux tables plus loin et qui était déjà là quand je m’étais installé 10 minutes plus tôt.

Donc, je rejoins sa table et là, elle me dit « j’ai trouvé très mignon ta façon de rassurer le serveur ».

J’avais donc fait une 1ère impression sans le savoir ! Et heureusement que cette 1ère impression avait été bonne car je voulais travailler avec cette coach. Et donc, là, avec cet incident notre relation prenait un bon départ.

Sans que vous en soyez conscient, vous faites souvent des 1ères impressions puisqu’ils y a des gens autour de vous qui vous regardent.

C’est pour cela,que vous devez être « gentil » avec les serveurs…ou qui que ce soit quand vous êtes quelque part. Le mieux, c’est d'être avec les autres comme vous aimeriez qu’on soit avec vous. C’est une règle très simple et très utile à suivre…

Soyez aimable avec les autres. Ils s'en souviendront toujours.

Car, si vous étiez désagréable, ils ne l'oublieraient jamais !

Votre première impression conditionne ce que les autres pensent de vous.

C’est ce qu’on appelle le biais cognitif en langage de coach.

Autrement dit, quand vous faites une 1ère impression chez l’autre, il vous colle une étiquette.

Et chaque fois, qu’il aura affaire à vous, il va d’abord relire cette étiquette avant de choisir quelle attitude il va adopter face à vous. C'est ainsi qu'est fait le cerveau humain ; ça lui permet de s'économiser quand il rencontre une personne déjà connue. Ainsi, il n'a pas besoin de re-analyser la personne. Il ressort juste l'ancienne analyse résumée en quelques mots inscrits sur cette étiquette.

Donc, ce qui est écrit sur cette étiquette est crucial pour la relation que vous allez avoir avec cette personne. Et c’est la traduction de votre comportement, lors de là 1ère rencontre,  qui est inscrite sur cette étiquette. 

En réalité, cette étiquette est souvent un jugement sur vous : "il est sympa", "il est arrogant", "elle est abordable", "elle se la pète"... Et vous faites surement pareil vous-même quand vous rencontrez des gens nouveaux ! Même avec la meilleure des volontés, il est très difficile de ne pas juger les autres. 

Aidez les gens à penser du bien de vous en étant aimable avec eux.

S'adapter à la personne en face de vous.

Pour faire une bonne 1ère impression, évidement, il est essentiel de sourire, d’être poli, de se tenir droit,…etc.

Mais surtout, il faut s’accorder au niveau d’énergie de la personne en face de vous. Et pour cela, soyez observateur.

Si elle est dans un état d’esprit calme et posé, n’arrivez pas en faisant du bruit et en gesticulant. Car vous ne seriez pas accordé sur cette personne. Et ça la dérangerait. Accordez-vous sur son ton de voix, son volume sonore, son débit. Sur son humeur également.

Par exemple, si la personne vient de casser son téléphone hyper cher, ce n’est pas recommandé de jouer avec le vôtre devant elle et de lui montrer à quel point vous êtes chanceux d’avoir le dernier iPhone X.

Et inversement : si elle est hyper joyeuse de son nouvel achat, partagez sa joie plutôt que de lui dire qu’elle a fait un mauvais choix. Qu’elle s’est fait avoir…

Choisissez également la bonne distance physique : ne rentrez pas dans la bulle de l’autre et n’en soyez pas trop éloigné. En fait, soyez observateur, et synchronisez-vous sur sa façon de bouger et de parler.

Au final, elle doit se sentir à l’aise en votre présence. Parlez s’il y a des blancs par exemple…surtout lors d’une rencontre homme-femme.

Si les gens se sentent bien avec vous, ils rechercheront toujours votre présence. 

Conclusion 

Vous l’avez compris, la qualité essentielle que vous devez mettre en avant, c’est votre écoute de la personne. Car ainsi, vous pouvez mieux deviner ses besoins et ses attentes. Et donc, avoir plus de chances de les satisfaire.

Sachez que votre réussite en général est due pour 15% à vos connaissances techniques et pour 85% à vos capacités à créer et maintenir des relations agréables avec les autres.  Et, en plus, il a été démontré que le bonheur est proportionnel à la quantité de ces relations agréables.

On a donc un double intérêt à développer des relations avec les autres. Et pour cela, vous devez avoir trois qualités essentielles : de l’écoute, de l’empathie et vous synchroniser sur l’attitude de votre interlocuteur. Et surtout demandez-vous toujours : « Comment je peux aider cette personne et susciter chez elle de l’enthousiasme ? ».

Lisez également Avoir des relations plus épanouissantes (2ème partie) et Comment foirer ses relations pour encore mieux comprendre comment créer des relations agréables.

L'"intelligence sociale" qui permet de créer des relations n'est pas toujours facile à mettre en oeuvre.

Face à la difficulté, ne restez pas seul(e). Un coaching vous aide à accélérer votre transformation. Et ça vous donne de l'assurance dans vos relations avec les autres.

Grâce à un coaching, vous :

  • Vivez mieux vos relations
  • Accélérez vos changements 
  • Apprenez des techniques
  • Gagnez des ressources
  • Développez votre confiance
  • Appréciez mieux votre vie

90% des coachés estiment avoir atteint ou dépassé leurs objectifs

Vous avez aimé cet article, faites-en profiter vos amis.

Partagez !

Pour recevoir nos quiz, nouvelles videos et articles, abonnez-vous !

Vous avez une question ?

Laissez-nous votre message :

Suivez-nous !

12 indices pour reconnaitre une relation toxique (4/4)

Comment reconnaitre une relation toxique…et agir ? (4/4)

Reconnaitre relation toxique #4

Voici 12 indices pour reconnaitre une relation toxique. Et des solutions à chaque fois pour vous en sortir ou pour aider un(e) ami(e) à s’en sortir.

Si vous êtes directement concerné(e) par une relation toxique, n’espérez pas que votre partenaire change spontanément. 

Ca n’arrivera jamais ! C’est à vous de prendre en main votre bien-être.

Si c’est un(e) ami(e) qui est concerné(e), vous pouvez intervenir, mais c’est très délicat car cette personne n’est souvent pas consciente de sa situation ou, en tout cas, sous l’influence de son/sa partenaire toxique..

Donc, si vous voulez l’aider, soyez prudent(e) et adaptez votre démarche à son degré de dépendance à l'autre.

Ce sujet me touche personnellement car j’ai, moi-même, expérimenté en tant que victime des relations malsaines.

Ce que j’ai compris à la fin de ces relations, c’est que je ne prenais pas assez soin de moi…pour faire passer d’abord les besoins et les envies de ces partenaires toxiques.

Et, à la fin de ces relations, j’étais à chaque fois révolté de m’être laissé embarqué. Mais j'ai beaucoup appris sur moi et sur les autres.

Cette série de quatre articles est donc empreinte, en partie, de mes expériences personnelles.

Mon objectif est de permettre aux victimes potentielles de reconnaitre une relation toxique…et de leur insuffler assez de force pour en sortir.

Indice n°1 - Vous vous sentez mal

Indice n°2 - Il / elle vous coupe de vos amis, famille

Indice n°3 - Vous changez vos activités, habitudes

Indice n°4 - Vous pensez comme lui (elle)

Indice n°5 - ​Il (elle) est jaloux(se)

Indice n°6 - Il (elle) contrôle la relation (et donc vous !)

Indice n°7 - Vous êtes dépendant(e) émotionnellement

Indice n°8 - Vous n’arrivez pas à dire NON

Indice n°9 - Il (elle) se comporte mal avec les autres

Indice n°10 - Vous vous demandez toujours ce qu’il (elle) a voulu dire

Si ce qu’il (elle) vous dit n’est pas souvent clair et que vous ne savez pas quoi faire, ce n’est pas bon signe. Surtout si vous n’osez pas lui demander des précisions.

Voici une histoire pour clarifier : c’est une mère juive qui offre deux cravates à son fils. Une bleue et une rouge. Le lendemain matin, il ne sait pas s’il doit mettre la bleue ou la rouge. Il choisit finalement la rouge. Quand sa mère le voit, elle lui dit : « pourquoi, tu n’aimes pas la bleue ? ».

Le fils était dans un choix paradoxal avec sa mère. Quoi qu’il choisisse, il avait tort !

S’il avait mis la bleue, sa mère lui aurait dit « Pourquoi, tu n’aimes pas la rouge ? ».

Ne pas être clair est une technique de manipulateur (trice). Car si vous suivez ses instructions qui ne sont pas claires et que vous échouez, ça sera toujours votre faute ! Pas la sienne car vous n’aurez simplement pas compris ce qu’il (elle) avait voulu vous dire. 

Et il (elle) utilisera la culpabilisation ou la honte qui en résulte pour vous manipuler.

NB : 

  • Quelqu’un qui n’est pas clair n’est pas toujours un manipulateur.
  • Un manipulateur est toujours quelqu’un qui n'est pas clair.

Solutions

Si vous êtes dans cette situation :

Demandez des clarifications quand vous ne comprenez pas. Ou reformulez ce qui vous a été dit pour vérifier que vous avez tous les deux la même compréhension.

Si un(e) ami(e) à vous est dans cette situation :

Dites-lui de poser des questions pour demander des explications. Rassurez-le (la) en préparant ensemble ces questions.

Soyez opaque. Créez la confusion mentale chez une personne et vous affaiblirez sa capacité de discernement.

Indice n°​11 - Votre opinion n’a pas d’importance

Si ce que vous dites est écarté avant même que vous ayez fini de parler, ce n’est pas bon signe non plus. Ca veut dire que votre opinion n’a pas d’importance…ni vous d’ailleurs.

Si vous êtes dans ce scénario, il se peut même que l’autre se moque souvent de vous. 

Ou alors, il (elle) peut minimiser tout ce que vous dites.

Parfois, il (elle) peut juste vous donner « l’ordre » de vous taire car ce que vous dites n’a pas sa place, ou est faux selon ses propres critères.

Solutions

Si vous êtes dans cette situation :

Vous êtes à un stade avancé d’une relation toxique. Prenez rendez-vous avec un professionnel qui définira avec vous un plan d’actions.

Si un(e) ami(e) à vous est dans cette situation :

Conseillez-lui la même chose que ci-dessus.

Si votre opinion auprès d'un autre n'a pas d'importance, il ne doit pas s'attendre à ce que le lien qui vous relie vous épanouisse.

Indice n°12 - Vous n’êtes plus joyeux(se) comme avant

Si vous avez perdu votre âme d’enfant et ja joie qui vous animait avant d’être en relation avec votre partenaire, c’est que quelque chose ne fonctionne pas dans cette relation.

Et si, en plus, vous vous sentez fatigué(e) ou épuisé(e) à son contact, alors il (elle) peut être responsable de votre lent affaiblissement. 

Cependant, il se peut aussi que vous soyez en légère dépression indépendamment de l’autre. C’est à vérifier.

Dans certaines relations toxiques, il arrive que le « toxique » épuise l’autre à force de discussions ou de disputes. 

En effet, la « victime », cherche par tous les moyens à trouver des solutions aux problèmes. Souvent, elle accepte même de se soumettre aux exigences de l’autre pour faciliter la relation.

Mais, quand tous ses efforts restent sans effet, elle en ressort épuisée.

Solutions

Si vous êtes dans cette situation :

Discutez-en avec un professionnel pour déterminez si votre absence de joie provient de lui (elle) ou de vous. Vous pourriez être en dépression.

Avec un professionnel, vous aurez un diagnostic fiable.

Si un(e) ami(e) à vous est dans cette situation :

Conseillez-lui la même chose que ci-dessus.

Prenons soin de notre âme d'enfant. Nourrissons-là. Car elle est la source de notre joie d'adulte.

Conclusion finale des 4 articles

Si vous êtes dans l’entourage de personnes potentiellement victimes d’un toxique, transmettez-leur cette série de 4 articles. Et discutez-en ensemble. Avec un peu de chance, ça devrait déclencher des prises de consciences chez lui (elle).

Ne vous énervez pas contre cette personne si elle tente de défendre son partenaire toxique. Elle est partiellement inconsciente de ce qui se joue réellement dans sa relation.

Dites-vous qu’elle est à la fois victime et responsable de sa situation.

Ne lui en voulez pas. Au contraire, soyez aimable et conservez le lien que vous avez avec elle afin qu’elle ne soit pas marginalisée.

Si c’est vous la victime, sachez que dans la plupart des cas, il est illusoire de vouloir changer la personne toxique. Car elle ne changera que si elle a vraiment envie ou besoin de changer.

J’ai personnellement essayé plusieurs fois avec plusieurs partenaires de « faire entendre raison » à l’autre. Mais, ça n’a pas marché.

En effet, dans un couple, chacun des deux a sa propre perception de la réalité et est convaincu que c’est l’autre qui a tort.

Donc, souvent les discussions tournent au pugilat verbal et tournent en rond.

Pour savoir si vous êtes dans un tel pugilat, comptez le nombre de fois ou l’autre vous dit « Oui, mais… ». A partir de 3 fois, je vous conseille vivement de ne plus chercher à « faire entendre raison ». Vous n’y arriverez pas car l’autre est « fermé(e) ».

Et puis souvent, il y a ce fameux « ego » qui s’en mêle et l’autre veut absolument avoir raison indépendamment su sujet discuté. Inutile de lutter contre cela ; c’est perdu d’avance.

Dans tous les cas, quand une relation toxique est installée depuis longtemps, ça veut dire que les habitudes sont prises. Il n’y a pas d’autre solution que de partir. C’est la seule façon pour prendre soin de soi.

Ne croyez pas que ce soit une conclusion négative. Au contraire, il y a de l’espoir. C’est espoir c’est vous ! Et c’est donc à vous de vous prendre en main de de vous occuper de vous car votre partenaire toxique ne le fera pas. Et il y aura toujours quelqu’un autour de vous pour vous aider.

Lisez également Avoir des relations plus épanouissantes (2ème partie) et Etes-vous sa priorité ? pour encore mieux comprendre comment être heureux dans une belle relations.

Être heureux(se) en couple n'est pas toujours facile.

Face à la difficulté, ne restez pas seul(e). Un coaching vous aide à accélérer votre transformation. Et ça vous donne de l'assurance dans vos relations avec les autres.

Grâce à un coaching, vous :

  • Vivez mieux vos relations
  • Accélérez vos changements 
  • Apprenez des techniques
  • Gagnez des ressources
  • Développez votre confiance
  • Appréciez mieux votre vie

90% des coachés estiment avoir atteint ou dépassé leurs objectifs

Vous avez aimé cet article, faites-en profiter vos amis.

Partagez !

Pour recevoir nos quiz, nouvelles videos et articles, abonnez-vous !

Vous avez une question ?

Laissez-nous votre message :

Suivez-nous !

12 indices pour reconnaitre une relation toxique (3/4)

Comment reconnaitre une relation toxique…et agir ? (3/4)

Reconnaitre une relation toxique et s'en sortir #3

Voici 12 indices pour reconnaitre une relation toxique. Et des solutions à chaque fois pour vous en sortir ou pour aider un(e) ami(e) à s’en sortir.

Si vous êtes directement concerné(e) par une relation toxique, n’espérez pas que votre partenaire change spontanément. 

Ca n’arrivera jamais ! C’est à vous de prendre en main votre bien-être.

Si c’est un(e) ami(e) qui est concerné(e), vous pouvez intervenir, mais c’est très délicat car cette personne n’est souvent pas consciente de sa situation ou, en tout cas, sous l’influence de son/sa partenaire toxique..

Donc, si vous voulez l’aider, soyez prudent(e) et adaptez votre démarche à son degré de dépendance à l'autre.

Ce sujet me touche personnellement car j’ai, moi-même, expérimenté en tant que victime des relations malsaines.

Ce que j’ai compris à la fin de ces relations, c’est que je ne prenais pas assez soin de moi…pour faire passer d’abord les besoins et les envies de ces partenaires toxiques.

Et, à la fin de ces relations, j’étais à chaque fois révolté de m’être laissé embarqué. Mais j'ai beaucoup appris sur moi et sur les autres.

Cette série de quatre articles est donc empreinte, en partie, de mes expériences personnelles.

Mon objectif est de permettre aux victimes potentielles de reconnaitre une relation toxique…et de leur insuffler assez de force pour en sortir.

Indice n°1 - Vous vous sentez mal

Indice n°2 - Il / elle vous coupe de vos amis, famille

Indice n°3 - Vous changez vos activités, habitudes

Indice n°4 - Vous pensez comme lui (elle)

Indice n°5 - ​Il (elle) est jaloux(se)

Indice n°6 - ​Il (elle) contrôle la relation (et donc vous !)

Indice n°7 - Vous êtes dépendant(e) émotionnellement

Si l’autre vous manque tout le temps, c’est un signe que vous êtes dépendant(e) émotionnellement. Comme quand on est addict à une drogue que nous cherchons à obtenir par tous les moyens.

Il est possible que votre humeur dépende de la relation que vous avez ensemble. Quand tout va bien entre vous, vous allez bien. Et quand vous sous êtes disputés, vous vous sentez mal et êtes associal(e).

C’est donc une relation en dent de scie. Un coup vous allez bien, un coup vous allez mal. 

Si l’un des deux, ou les deux sont actifs dans la mise en oeuvre de ces balanciers émotionnels, il s’agit d’une relation sado-maso : « un coup je te fais mal, un coup je caresse ».

Si vous avez l’impression de subir ces hauts et ces bas, alors vous êtes dans une relation toxique.

Solutions

Si vous êtes dans cette situation :

Les changements d’état mental démarrent toujours de la même manière : il (elle) vous fait une remarque qui vous fait réagir et qui déclenche une dispute qui contient toujours les mêmes séries de remarques.

Donc vous alliez bien et soudainement vous vous sentez mal.

Repérez ces signes. En cas de difficulté, faites-vous aider par un professionnel pour les repérer.

Quand vous aurez identifié les déclencheurs, ils vous serviront d'alerte pour ne pas rentrer dans le jeux de l’autre.

Sachez que c’est juste une demi mesure car vous n’aurez pas réglé le problème psychologique qui est à la base de ce comportement. A savoir, qu'est-ce que l'autre cherche à régler chez lui en déclenchant ces disputes régulièrement ? C’est aussi pour répondre à cette question qu’un professionnel vous serait très utile.

Si un(e) ami(e) à vous est dans cette situation :

Dirigez-le (la) directement vers un professionnel car, même  si vous lui expliquez la procédure ci-dessus, ça sera difficile.

En effet, la manipulation mentale qui est en oeuvre ici sera plus facilement dénouée par un professionnel.

Par ailleurs, ce dernier apportera un soutient psychologique à la victime.

La dépendance émotionnelle est une drogue comme les autres : pendant un temps, elle vous fait croire que vous êtes heureux. Et le reste du temps vous êtes malheureux.

Indice n°8 - Vous n’arrivez pas à dire NON

Quand vous n’arrivez pas à dire NON et que vous n’avez comme seul choix que de vous soumettre, alors vous êtes dans une relation toxique.

Vérifiez si, chaque que vous avez dit OUI, vous auriez voulu dire NON mais que vous n'avez pas réussi...ou pas osé.

Faites cela pour les événements de la semaine dernière, puis le mois dernier…puis les 12 derniers mois. Ce décompte vous permettra de voir ou vous en êtes.

Solutions

Si vous êtes dans cette situation :

Commencez par dire des petits « NON » afin d’y aller doucement et de réhabituer votre partenaire à vos NON.

Et augmentez le niveau.

Si vous faites face à de la résistance, prenez contact avec un professionnel. Il vous aidera à vous affirmer.

Si un(e) ami(e) à vous est dans cette situation :

Proposez-lui la même procédure que ci-dessus.

Si vous me dites pas NON à quelque chose, vous dites OUI à autre chose. 

Indice n°9 - Il (elle) se comporte mal avec les autres

Si il (elle) se comporte mal régulièrement avec les autres…il y a des chances qu’un jour ça soit avec vous. 

Ca peut être soit avec ses enfants, soit avec ses parents, soit avec d’autres amis, soit avec des collaborateurs à son travail, soit avec son chien, …

Soyez observateur (trice) et vigilant(e) au début d’une relation. C’est peut-être le signe que vous démarrez une relation qui va devenir toxique.

Solutions

Si vous êtes dans cette situation :

Vérifiez s’il (elle) se comporte mal régulièrement. Discutez-en…mais il est probable qu’il (elle) aura des arguments « logiques » pour justifier son attitude. Ne les prenez pas pour argent comptant. Personne n'a le droit de se comporter "méchamment" avec les autres.

Si un(e) ami(e) à vous est dans cette situation :

Alertez votre ami(e) afin qu’il (elle) ne rentre pas, tête baissée, dans une relation qui ne lui sera pas salutaire.

Celui qui se comporte mal avec les gens, se comportera mal avec vous !

(...et inversement)

Indice n°10 à 12 ... A venir dans 1 prochain article

Conclusion

Quand vous êtes seul(e) au calme, demandez-vous si votre relation vous plait tous les jours. Si vous êtes heureux (se).

Et si c’était à refaire, est-ce que vous feriez la même chose avec lui (elle) ?

Si vos réponses à ces trois questions sont NON, dites-vous bien que vous n’avez qu’une seule vie…et que c’est la vôtre.

Et que votre devoir est de prendre soin de vous et non pas de faire plaisir à votre partenaire.

Lisez également Avoir des relations plus épanouissantes (2ème partie) et Etes-vous sa priorité ? pour encore mieux comprendre comment être heureux dans une belle relations.

Être heureux(se) en couple n'est pas toujours facile.

Face à la difficulté, ne restez pas seul(e). Un coaching vous aide à accélérer votre transformation. Et ça vous donne de l'assurance dans vos relations avec les autres.

Grâce à un coaching, vous :

  • Vivez mieux vos relations
  • Accélérez vos changements 
  • Apprenez des techniques
  • Gagnez des ressources
  • Développez votre confiance
  • Appréciez mieux votre vie

90% des coachés estiment avoir atteint ou dépassé leurs objectifs

Vous avez aimé cet article, faites-en profiter vos amis.

Partagez !

Pour recevoir nos quiz, nouvelles videos et articles, abonnez-vous !

Vous avez une question ?

Laissez-nous votre message :

Suivez-nous !

12 indices pour reconnaitre une relation toxique (2/4)

Comment reconnaitre une relation toxique…et agir ? (2/4)

Reconnaitre relation toxique #2

Voici 12 indices pour reconnaitre une relation toxique. Et des solutions à chaque fois pour vous en sortir ou pour aider un(e) ami(e) à s’en sortir.

Si vous êtes directement concerné(e) par une relation toxique, n’espérez pas que votre partenaire change spontanément. 

Ca n’arrivera jamais ! C’est à vous de prendre en main votre bien-être.

Si c’est un(e) ami(e) qui est concerné(e), vous pouvez intervenir, mais c’est très délicat car cette personne n’est souvent pas consciente de sa situation ou, en tout cas, sous l’influence de son/sa partenaire toxique..

Donc, si vous voulez l’aider, soyez prudent(e) et adaptez votre démarche à son degré de dépendance à l'autre.

Ce sujet me touche personnellement car j’ai, moi-même, expérimenté en tant que victime des relations malsaines.

Ce que j’ai compris à la fin de ces relations, c’est que je ne prenais pas assez soin de moi…pour faire passer d’abord les besoins et les envies de ces partenaires toxiques.

Et, à la fin de ces relations, j’étais à chaque fois révolté de m’être laissé embarqué. Mais j'ai beaucoup appris sur moi et sur les autres.

Cette série de quatre articles est donc empreinte, en partie, de mes expériences personnelles.

Mon objectif est de permettre aux victimes potentielles de reconnaitre une relation toxique…et de leur insuffler assez de force pour en sortir.

Indice n°1 - Vous vous sentez mal

Indice n°2 - Il / elle vous coupe de vos amis, famille

Indice n°3 - Vous changez vos activités, habitudes

Indice n°4 - Vous pensez comme lui (elle)

Dans une relation toxique, la victime finit par adopter les croyances de son partenaire ainsi que ses points de vue.

C’est comme si elle ne pensait plus par elle-même. A ce point, c’est souvent parce que le/la partenaire toxique, à force de « remarques bien intentionnées » a fini par convaincre la victime que toutes ses idées et croyances n’étaient pas valables. Cette déstabilisation mentale s’est souvent faite en la rabaissant. 

En adoptant la vision du monde de son toxique, la victime se libère ainsi de sa pression psychologique qui la diminue à chaque fois qu’elle émet une idée qui n’est pas « validée ».

Solutions

Si vous êtes dans cette situation :

Vous avez le droit de penser par vous même. Allez dans des groupes de paroles contre la violence psychologique pour bien comprendre que vous êtes sous l’emprise d’une autre personne qui ne vous veut pas du bien. 

Si un(e) ami(e) à vous est dans cette situation :

Discutez souvent avec cette personne en invitant d’autres personnes. Elle doit se rendre compte en vous écoutant qu’il y a d’autres façon de penser que celles de son (sa) partenaire.

Empêchez quelqu'un de penser par lui-même et vous en ferez un parfait serviteur.

Indice n°5 - Il (elle) est jaloux(se)

La jalousie est le défaut des personnes qui pensent que leur partenaire leur appartient. A ce stade, la victime n’est plus une personne mais une sorte de « propriété ». 

Si le niveau de jalousie qui est imposé s’accompagne de multiples interdictions comme sortir, voir des amis ou la famille, alors ça devient invivable car la victime n'est plus une personne libre.

Si, au départ, la relation était basée sur l’amour, aujourd’hui il en est tout autre. La question à se poser est : peut-on revenir aux raisons qui nous ont unis il y a quelques années /mois ? 

Si la réponse est NON, il y a une décision à prendre.

Solutions

Si vous êtes dans cette situation :

Votre liberté est un droit fondamental. Faites le constat avec votre toxique que ce droit n’est pas respecté. S’il (elle) sort des arguments qui n’ont ni queue ni tête, demandez à ce que cette discussion soit encadrée par un médiateur. En cas de refus…vous aurez au moins tout essayé…

Si un(e) ami(e) à vous est dans cette situation :

Si vous êtes de la famille de cette personne, vous pouvez légitimement intervenir. Si non, interpellez sa famille pour l’informer de la situation et les laissez agir.

Plus l'autre est jaloux(se) de vous, moins il (elle) a confiance en lui (elle). Vous n'êtes donc pas responsable de cela.

Indice n°6 - Il (elle) contrôle la relation (et donc vous !)

Contrôler la relation ça veut dire que le toxique détient le pouvoir sur sa victime.

Comme un parent qui a autorité sur ses enfants.

Vous n’avez pas le droit d’évoluer…sauf si c’est lui/elle qui l‘a décidé.

Vos lieux de vacances, la décoration de la maison, les amis du couple, l’éducation des enfants…tout dépend de lui/elle.

Même si, de temps en temps, vous exprimez votre avis, c’est lui/elle qui décide.

Solutions

Si vous êtes dans cette situation :

Faites la liste de toutes le choses que vous avez décidées pour vous et vos proches. Si cette liste est vide ou quasi-vide, vous avez la preuve que votre toxique contrôle la relation. Faites intervenir un médiateur pour qu’un regard neutre puisse en parler à votre toxique. Si la situation dure depuis longtemps, il est probable qu’il refusera tout changement de situation ni même l'intervention d'un médiateur.

Si un(e) ami(e) à vous est dans cette situation :

Invitez-le(la) chez vous pour montrer qu’il est possible au quotidien de partager les décisions. Discutez-en ensemble pour le (la) convaincre de prendre des dispositions en ce sens. Accompagnez-le (la) dans cette démarche.  

L'inverse de l'amour ce n'est pas la haine, c'est le contrôle. 

Indice n°7 à 12 ... A venir dans 2 prochains articles

Conclusion

Les personnes très autoritaires ou contrôlantes ne sont pas souvent disposées à changer.

En effet, le statut qu’elles se sont construites leur permet de jouir d’une puissance qui les rassure en leur donnant le sentiment qu’elles sont importantes. 

Et tant pis si ça se fait au détriment d’une autre personne.

Il sera souvent indispensable de faire intervenir un tiers pour montrer ce qu’il est « normal » de faire dans une relation. Il vous aidera à reconnaitre une relation toxique.

Cependant, cela sera difficile à supporter pour le (la) toxique qui refusera de descendre de son piédestal. 

Dans ce genre de relation, soit on reste et on accepte de souffrir soit on choisit de partir pour prendre soin de soi.

Lisez également Avoir des relations plus épanouissantes (2ème partie) et Etes-vous sa priorité ? pour encore mieux comprendre comment être heureux dans une belle relations.

Être heureux(se) en couple n'est pas toujours facile.

Face à la difficulté, ne restez pas seul(e). Un coaching vous aide à accélérer votre transformation. Et ça vous donne de l'assurance dans vos relations avec les autres.

Grâce à un coaching, vous :

  • Vivez mieux vos relations
  • Accélérez vos changements 
  • Apprenez des techniques
  • Gagnez des ressources
  • Développez votre confiance
  • Appréciez mieux votre vie

90% des coachés estiment avoir atteint ou dépassé leurs objectifs

Vous avez aimé cet article, faites-en profiter vos amis.

Partagez !

Pour recevoir nos quiz, nouvelles videos et articles, abonnez-vous !

Vous avez une question ?

Laissez-nous votre message :

Suivez-nous !

12 indices pour reconnaitre une relation toxique (1/4)

Comment reconnaitre une relation toxique…et agir ? (1/4)

Reconnaitre relation toxique #1

Voici 12 indices pour reconnaitre une relation toxique. Et des solutions à chaque fois pour vous en sortir ou pour aider un(e) ami(e) à s’en sortir.

Si vous êtes directement concerné(e), n’espérez pas que votre partenaire change spontanément. 

Ca n’arrivera jamais ! C’est à vous de prendre en main votre bien-être.

Si c’est un(e) ami(e) qui est concerné(e), vous pouvez intervenir, mais c’est très délicat car cette personne n’est souvent pas consciente de sa situation ou, en tout cas, sous l’influence de son/sa partenaire toxique..

Donc, si vous voulez l’aider, soyez prudent(e) et adaptez votre démarche à son degré de dépendance à l'autre.

Ce sujet me touche personnellement car j’ai, moi-même, expérimenté en tant que victime des relations malsaines.

Ce que j’ai compris à la fin de ces relations, c’est que je ne prenais pas assez soin de moi…pour faire passer d’abord les besoins et les envies de ces partenaires toxiques.

Et, à la fin de ces relations, j’étais à chaque fois révolté de m’être laissé embarqué. Mais j'ai beaucoup appris sur moi et sur les autres.

Cette série de quatre articles est donc empreinte, en partie, de mes expériences personnelles.

Mon objectif est de permettre aux victimes de telles relations de prendre conscience de la nature réelle de leur relation…et de leur insuffler assez de force pour en sortir.

Indice n°1 - Vous vous sentez mal

Dans une relation toxique, votre partenaire vous juge et définit qui vous êtes. C’est sa façon à lui/elle de vous enfermer.

Au début, c’est très subtil et vous ne vous en rendez pas compte. Donc, vous acceptez ce qui vous est dit. Vous lui donnez raison. Et surtout, au début d’une relation, tout est beau et génial…surtout l’autre que vous idéalisez.

Et petit à petit, d’acceptation en acceptation, ses jugements s’en prennent à votre identité et à vos capacités à tel point que vous doutez de vous.

Il/elle vous fait des remarques sur votre façon de vous habiller, de parler aux gens, de cuisiner, sur votre poids…et même sur votre façon de manger votre soupe !

Souvent, il/elle vous explique que c’est pour votre bien et que ce ne sont pas des critiques.

Mais, au final, il/elle démontre que vous n’êtes pas à la hauteur et que lui/elle a plus de valeur que vous.

Ces remarques vous blessent…si vous avez la force de les rejeter, vous vous disputez. Souvent et de plus en plus…peut-être jusqu’à finir par rompre.

Sinon, vous acceptez ces marques de « bienveillance » de sa part en vous disant qu’il / elle doit surement avoir raison.

Au final, vous n’êtes par heureux(se) du tout. Il arrive un jour où vous n’avez plus du tout confiance en vous, vous vous sentez nul(le), sans valeur.

Vous devenez l’ombre de qui vous étiez.

Solutions

Si vous êtes dans cette situation :

Refusez dès le début ses « marques de bienveillance » et demandez à avoir des échanges respectueux de qui vous êtes et qui vous donnent de l’énergie. Car on peut faire des remarques sans que l’autre se sente nul.

Si un(e) ami(e) à vous est dans cette situation :

Sortez-le (la) en lui montrant d’autres types de relation. Invitez-le (la) au cinema, au restaurant, à des brunchs. Faites-lui se rendre compte que ce qu’il/elle vit dans sa relation n’est pas « Normal ».

Si vous vous sentez mal dans votre couple, c'est qu'il y a quelque chose à changer. Et c'est à VOUS de faire en sorte que ça change.

Indice n°2 - Il / elle vous coupe de vos amis, famille

Il/elle veut être la personne la plus importante pour vous. Son souhait, c’est une relation exclusive.

Donc, vos amis ou votre famille que vous aimez sont des obstacles.

Par conséquent, son objectif c’est de les éliminer de votre cercle de relations.

De plus, si vous étiez proche d’eux, ils pourraient vous alerter sur le caractère réel de votre partenaire.

Personnellement, j’ai eu une amie qui, très rapidement, a détesté ma mère alors que tout le monde l’adore. A tel point qu’après un séjour d’une semaine chez moi durant lequel cette femme et ma mère ont cohabité, elle a réussi à faire pleurer ma mère de 72 ans.

A ce sujet, il y a une très jolie chanson de Justin Bieber intitulé « Love Yourself » que je vous traduis en partie.

Il dit

« Quand tu me disais que tu haïssez mes amis, le seul problème était avec toi, pas avec eux »

«  Et chaque fois que tu me disais que mon opinion était fausse, tu essayais de me faire oublier d’où je venais »

«  Pour toutes les fois où tu me faisais sentir petit »

« Je ne me suis jamais senti si bas, et vulnérable »

« Je devais être fou pour te laisser abattre mes murs »

Solutions

Si vous êtes dans cette situation :

Continuez à voir les mêmes personnes qu’avant et que vous aimez. Faites-vous de nouveaux amis et pas seulement des amis communs. Prenez du temps pour sortir seul(e) avec ces amis.

Si un(e) ami(e) à vous est dans cette situation :

Maintenez le lien d’amitié que vous aviez. Sortez-le (la) en lui faisant découvrir de nouveaux amis.

Isolez quelqu'un du contact des autres et vous en ferez un parfait esclave.

Indice n°3 - Vous changez vos activités, habitudes

Dans une relation toxique, il est fréquent que l’autre vous demande, très indirectement au début de la relation, de mettre votre énergie au service de la satisfaction de ses besoins ou envies.

En vous disant par exemple « Fais-moi plaisir, tu peux faire cela pour moi ? ».

Donc, votre temps devient une ressource pour lui/elle. Du coup, vous n’en avez plus assez pour faire ce que vous aviez l’habitude de faire avant : le sport que vous aimiez, vos activités associatives, vos réunions familiales,…

Par ailleurs, il/elle est surement réticent(e) à ce que vous voyez d’autres hommes ou femmes à travers vos activités qui seront qualifiées de « perte de temps ». 

Vérifiez toutes les habitudes que vous avez changées depuis que vous le/la connaissez. Et demandez-vous si c’est vous qui vouliez vraiment changer cela ou c’est plutôt à cause de lui/elle vous vous les avez arrêtées.

Solutions

Si vous êtes dans cette situation :

Si vous aimiez les activités que vous avez cessées, revenez-y pour avoir du plaisir en dehors de votre relation. 

Si un(e) ami(e) à vous est dans cette situation :

Invitez-le(la) à participer à de nouvelles activités pour lui montrer ce qu’il est possible de faire en dehors de sa relation.

Si ma façon de m'habiller ne te convient pas, tourne la tête.

Indice n°4 à 12 ... A venir dans 3 prochains articles

Conclusion

Gardez toujours le contact avec vos amis et votre famille. Ecoutez ce qu’ils vous disent à propos de votre relation. S’ils sont nombreux à vous dire la même chose, c’est peut-être qu’ils ont raison.

Votre situation ne peut pas les laisser indifférents. Ils veulent vous aider. Voyez ce qu’ils proposent pour l’améliorer ou pour la changer définitivement.

Lisez également Avoir des relations plus épanouissantes (2ème partie) et Etes-vous sa priorité ? pour encore mieux comprendre comment être heureux dans une belle relations.

Être heureux(se) en couple n'est pas toujours facile.

Face à la difficulté, ne restez pas seul(e). Un coaching vous aide à accélérer votre transformation. Et ça vous donne de l'assurance dans vos relations avec les autres.

Grâce à un coaching, vous :

  • Vivez mieux vos relations
  • Accélérez vos changements 
  • Apprenez des techniques
  • Gagnez des ressources
  • Développez votre confiance
  • Appréciez mieux votre vie

90% des coachés estiment avoir atteint ou dépassé leurs objectifs

Vous avez aimé cet article, faites-en profiter vos amis.

Partagez !

Pour recevoir nos quiz, nouvelles videos et articles, abonnez-vous !

Vous avez une question ?

Laissez-nous votre message :

Suivez-nous !

Comment devenir une personne attirante

Comment devenir une personne attirante ?

Comment devenir une personne attirante pour créer une relation amoureuse ou favoriser une relation professionnelle ou amicale ?

La réponse avec ces 5 attitudes.

Attitude n°1 - Être heureux(se) seul(e) d'abord !

Faites-vous partie de celles et ceux qui ont besoin des autres pour être heureux ?

Ou êtes-vous heureux parce que vous aimez la vie et que vous vous aimez vous-même ?

Bon, j’avoue que ma question est un peu orientée. 

Car si vous avez du mal à vous aimer parce que vous estimez que vous n’avez pas de valeur, alors, au yeux des autres vous n’aurez pas de valeur non plus. Donc vous ne serez pas attirant(e). 

La meilleure façon et la plus directe de devenir attirant(e), c’est de vous aimer et d’être intimement convaincu(e) que vous avez de la valeur. Et que donc, vous méritez d’être aimé(e) et apprécié(e) des autres.

Et si vous avez du mal à être dans cet état mental, faites-vous aider soit par des amis soit par des professionnels dont c’est le métier.

Ne restez pas seul(e) à attendre qu’un miracle arrive. Car le miracle c’est vous, et il est déjà là.

Avec un professionnel, vous allez vous en rendre compte très rapidement et prendre conscience de votre valeur.

Plus on s'aime soi-même plus on attire les autres.

Attitude n°2 - ​Être enthousiaste

Pour cela, dès que c’est possible, faites ce qui vous passionne et que vous adorez faire. Ca va transformer votre amour de la vie et ça va vous donner une énergie positive qui sera contagieuse.

Cette énergie, c’est de la joie d’être…et vous allez en rayonner.

Tellement que les autres autour de vous auront envie de venir à votre contact pour être comme vous.

Et ça, ça rend très attirant !

Attitude n°3 - Ayez du plaisir seul

Prenez soin de vous et faites-vous plaisir seul(e) sans devoir dépendre (si possible) d’autres personnes. Il y a des plaisirs très simples que vous pouvez mettre en oeuvre comme vous faire masser, aller voir un film qui vous inspire, aller dans des endroits qui vous donnent de l’énergie, voir des gens que vous aimez...

Tous ces plaisirs vous donneront le peps. Moi par exemple, j’adore danser chez moi notamment quand je cuisine. Et ça, c’est à la portée de tout le monde.

Avez-vous remarqué ces personnes qui sont difficiles à satisfaire, et qui ne sont jamais contentes quoi qu’on fasse. On a juste envie de les fuir en réalité. Car, en plus de ne jamais être contentes, elles nous donnent l’impression que nous sommes responsables de leur bonheur.

Soyez l’inverse de ces personnes. Soyez autonome et déchargez les autres de la responsabilité de vous rendre heureux(se).

Appréciez chacun des plus petits plaisirs. Les grands n'en seront que meilleurs.

Attitude n°4 - ​Soyez prêt(e) à vous tromper

Si vous avez peur de vous tromper, vous aurez tendance à vous freiner dans vos actions et à remettre des choses au lendemain. Une telle peur prouverait que vous doutez de vous…et surement des autres et de la vie en général. 

Et ça, vu de l’extérieur, ça n’est pas rassurant.

Car, si on veut créer une relation amicale, amoureuse ou professionnelle avec une personne, on veut pouvoir compter sur elle. Et si elle flanche parce qu’elle a peur…ça n’est pas possible.

Donc on se détournera d’elle car elle ne sera pas attirante.

Prenez le risque de vous tromper. Soyez courageux(se). Montrez l’exemple d’une personne qui veut dépasser ses limites et qui prend sa vie en main.

Celui qui a peur de se tromper ne prends jamais aucun risque et mène une vie paisible.

Attitude n°5 - ​Prenez soin de votre apparence physique

Buvez de l’eau, faites du sport, coiffez-vous, maquillez-vous si vous le souhaitez, soignez vos ongles, ayez des dents propres, etc.

Tous ces détails vous embellissent et vous rendent donc plus attirant(e).

Sachez que boire ou fumer accélèrent le vieillissement de la peau. Et que, quand ça se voit, ça diminue le capital « attractivité ».

Enfin, tenez-vous droit parce que quelqu’un d’avachi ne donne pas envie.

Et souriez le plus souvent possible.

Même si vous n’avez pas envie, faites semblant, car ça fait croire à votre cerveau que vous êtes heureux(se)…et il vous fait sourire en retour.

Et si vous avez vraiment du mal à démarrer un sourire, pensez à un souvenir joyeux ou qui vous a fait rire. Et votre visage s’illuminera naturellement.

L'apparence physique, c'est la première impression que vous laissez. Celle qu'on n'oubliera jamais.

Conclusion

Il n’est pas indispensable de devenir un TOP model pour être attirant…même si ça aide.

D’ailleurs, quand vous avez adopté ces 5 attitudes, vous êtes une sorte de TOP model puisque vous êtes au TOP de votre forme mentale et que vous êtes un modèle pour les autres qui sont donc attirés par vous.

Ca ne vous fait pas envie ?

Lisez également 5 clés pour avoir une belle relation et Est-ce la bonne personne pour vous ? pour créer de belles relations avec les autres.

Créer des relations épanouissantes avec les autres n'est pas toujours facile.

Face à la difficulté, ne restez pas seul(e). Un coaching vous aide à accélérer votre transformation. Et ça vous donne de l'assurance dans vos relations avec les autres.

Grâce à un coaching, vous :

  • Vivez mieux vos relations
  • Accélérez vos changements 
  • Apprenez des techniques
  • Gagnez des ressources
  • Développez votre confiance
  • Appréciez mieux votre vie

90% des coachés estiment avoir atteint ou dépassé leurs objectifs

Vous avez aimé cet article, faites-en profiter vos amis.

Partagez !

Pour recevoir nos quiz, nouvelles videos et articles, abonnez-vous !

Vous avez une question ?

Laissez-nous votre message :

Suivez-nous !

Comment être à l’aise dans une discussion

Comment être à l'aise dans une discussion ?

Si vous êtes mal à l'aise et que c'est difficile de lâcher prise quand vous êtes dans une discussion, voici 2 techniques qui vont vous libérer.

D'où vient le "mal à l'aise" ?

Ca vient de la peur de ne pas être aimé(e) ou de ne pas être apprécié(e) par les autres.

Certains peuvent même ressentir de la honte de ne pas être aussi bien qu’eux.

Et parfois, pour arriver à se sentir bien, le moyen le plus rapide et le plus facile qu’on applique, c’est de porter un masque pour faire comme si on était quelqu’un de différent, de meilleur, qui mérite d’être aimé ou apprécié.

Par conséquent, quand on porte un masque, on fait semblant. On est donc une sorte d’imposteur. Avec le risque d’être démasqué à tout moment… et d’être encore plus rejeté qu’on ne l’était avant sans le masque. 

Pour cette raison, ça nous met encore plus mal à l’aise à cause du sentiment de honte qu'on pourrait ressentir.

Donc, maintenant que vous savez ce qui nous met mal à l’aise, voyons comment faire pour lâcher prise et se sentir en confiance dans une discussion.

Quand on fait semblant d'être quelqu'un d'autre, on prend le risque d'être démasqué.

Technique n°1 : Arrêtez de vouloir être parfait

La meilleure façon d’arrêter de vouloir être parfait, c’est d’avouer publiquement que vous n’êtes pas parfait.

Car, dès que vous avouez que vous n’êtes pas parfait, vous n’avez plus à prouver que vous l'êtes ! Logique !

Grâce à cela, vous vous enlevez cette pression de vouloir faire bonne impression. Et ça va vous libérer.

Testez-le et vous allez voir à quel point vous serez soulagé(e).

En pratique, ça consiste dans une discussion à dire « ça, je ne sais pas, expliquez-moi ». Ou alors « ce domaine est nouveau pour moi..donc je commets encore des erreurs ». Etc.

Et, cerise sur le gâteau, en avouant votre imperfection, vous affirmez votre caractère. C’est donc, en même temps, une technique d’affirmation de soi.

Donc, deux effets bénéfiques en une seule technique, profitez-en !

Entrainez-vous en commençant "petit" avec des amis proches. Ainsi, sans prendre trop de risques, vous allez vérifier qu'il y a plus d'avantages que d'inconvénients à apparaître tel que vous êtes vraiment.

Et quand vous serez à l’aise, vous pourrez essayer avec des inconnus…ceux à qui, en général, on veut faire une bonne impression.

Entrainez-vous également à observer les autres lorsqu'ils discutent et regardez comment ils font pour affirmer leur "perfection" (ou leur "supériorité"). 

  • Est-ce qu'ils portent des vêtements ou des accessoires "voyants" ? 
  • Est-ce qu'ils se font passer pour des spécialistes sur leurs sujets favoris ?
  • Est-ce qu'ils amplifient les défauts des autres ? Est-ce qu'ils médisent ?
  • Veulent-ils toujours avoir raison ? Parlent-ils fort ?

Tous ces comportements sont des stratégies pour faire croire qu'on est "important" et inciter les autres à s'intéresser à nous. Malheureusement, c'est plutôt l'effet inverse qui est obtenu : les gens s'éloignent de ceux qui veulent en imposer. Mieux vaut donc juste être soi-même et rester accessible.

Si j'avoue que je ne suis pas parfait(e), je n'ai plus rien à prouver. Je me sens libéré(e) de devoir faire une bonne impression.

Technique n°2 : Ne cherchez pas à être aimé(e) par les autres mais par vous

Le problème à vouloir à tout prix être aimé(e) par les autres, c’est que vous leur donnez le pouvoir de vous blesser. C'est d'ailleurs un problème fréquent dans les couples qui ne sont pas heureux.

Si vous vous nourrissez des signes de valorisation que vous donnent les autres, vous devenez dépendant d’eux.

Donc, dès qu’ils ne vous en donnent plus ou dès qu’ils vous critiquent, vous en souffrez énormément.

Car, vous donnez plus de valeur à ce qu’ils pensent de vous que ce que vous pensez de vous-même. C’est à dire que vous acceptez que ce soit eux qui définissent votre valeur.

Pour interrompre ce processus, voici une technique de coach très efficace : définissez vous-même votre valeur.

  • Imaginez qu’un ami parle de vous : quelles qualités il vous reconnaitrait ?
  • Imaginez que vous vous observiez vous-même : qu’est-ce que vous aimez chez vous ?
  • Quels sont les domaines dans lesquels vous êtes bon ?

Vous voyez qu’en vous posant les bonnes questions, vous pouvez avoir une vision très différente de vous.

Répondez donc à ces questions en écrivant les réponses. Recommencez régulièrement et comparez les réponses.

Si vous faites cela périodiquement, je vous garantis que vous allez de plus en plus vous trouver des raisons de vous aimer vous-même.

Plus vous vous trouvez des raisons de vous aimer vous-même, moins vous dépendez du regard des autres.

Conclusion

Il n’y a pas que des inconvénients à vous préoccuper de ce que les autres pensent de vous. Car, ça prouve votre capacité à être en lien avec eux et donc à établir une vraie relation.

Et en plus, ça vous permet d’être à l’écoute de l’effet que vous produisez chez eux et donc de modifier vos actes quand vous l'estimez nécessaire.

Mais point trop n’en faut ! Ce ne sont pas les autres qui définissent qui vous êtes ou ce que vous devez faire : c’est vous !

Pour aller plus loin, lisez également "Vaincre sa timidité avec 3 techniques" ainsi que "5 conseils pour avoir confiance lors de vos rencontres", et "Transformer sa peur d'agir en envie de fairevous y trouverez des techniques complémentaires pour vous sentir à l'aise avec les autres. 


Être à l'aise avec les autres n'est pas toujours facile.

Face à la difficulté, ne restez pas seul(e). Un coaching vous aide à accélérer votre transformation. Et ça vous donne de l'assurance dans vos relations avec les autres.

Grâce à un coaching, vous :

  • Vivez mieux vos relations
  • Accélérez vos changements 
  • Apprenez des techniques
  • Gagnez des ressources
  • Développez votre confiance
  • Appréciez mieux votre vie

90% des coachés estiment avoir atteint ou dépassé leurs objectifs

Vous avez aimé cet article, faites-en profiter vos amis.

Partagez !

Pour recevoir nos quiz, nouvelles videos et articles, abonnez-vous !

Vous avez une question ?

Laissez-nous votre message :

Suivez-nous !

Transformer sa peur d’agir en envie de faire

Transformer sa peur d'agir en envie de faire

Quand il s'agit de faire quelque chose de nouveau, on peut avoir peur d'agir. Voici une technique pour transformer cette peur en envie d'agir.

1 - Pourquoi j'ai peur d'agir

Quand on a peur de faire quelque chose, on croit à tort que c'est à cause de la situation réelle. Or, ce qui nous fait vraiment peur, c'est l'idée qu'on se fait du résultat futur de notre action.

Par exemple : j'ai peur de passer le permis de conduire. Là, ce qui me fait peur c'est l'idée que je me fais de ce que sera mon futur si je rate le permis : on va se moquer de moi ; on va penser que je ne suis pas capable ; je vais me comparer à ceux qui ont déjà réussi et je vais me sentir inférieur, ... Donc que des choses désagréables et que je ne veux pas vivre !

Ce n'est donc pas le fait de m'asseoir à côté de l'examinateur puis de démarrer puis de conduire qui me fait peur. Ce qui fait peur, c'est la souffrance que je vais devoir endurer si je rate mon permis. Notez que cette souffrance n'est pas réelle puisqu'elle est le fruit de mon imagination de ce que sera le futur.

Et c'est la base de toutes nos peurs : 

  • Nous sommes attirés par ce que nous estimons source de plaisir. 
  • Et nous nous repoussés de ce que nous estimons source de souffrance.

Donc, s'il y a un risque que je soufre dans le futur, je redoute de me lancer dans l'action. Soit je procrastine, soit j'angoisse.

Notre cerveau analyse chaque situation pour savoir : est-ce que je vais souffrir ou est-ce que je vais aimer ? Et en fonction de la réponse, on choisit l’action : y aller ou pas.

Et ça marche pour tout :

  • Choisir un plat
  • Démissionner d’un job
  • Aborder une personne
  • Faire une vidéo
  • Prendre la parole en public

Nous sommes attirés par ce que nous estimons source de plaisir.  Et nous sommes repoussés de ce que nous estimons source de souffrance.

2 - J'imagine le pire

Le problème c'est qu'on a très souvent tendance à imaginer le pire. On voit le verre à moitié vide plutôt qu’à moitié plein. Je connais une personne qui m’est très proche qui imagine toujours la pire catastrophe qui pourrait lui arriver. Et plus elle pense à cela, plus elle crée les conditions pour que ça se produise.

A tel point que, rien qu’en imaginant que sa plaque de cuisson peut tomber en panne, elle arrive à faire en sorte que sa plaque ne fonctionne plus.

Quand notre cerveau se focalise sur quelque chose, il ne sait pas si cette chose est réelle ou imaginaire…et il s’en moque car il ne fait pas la différence entre les deux.

C’est à la fois un bonne et une mauvaise nouvelle.

Je commence par laquelle ?

OK la mauvaise.

Que vous pensiez à quelque chose qui existe ou à quelque chose qui n'existe pas, ça ne fait pas de différence pour votre cerveau : les deux existent pour lui !

3 - Si vous avez peur que ça se produise, ça va se produire !

Supposons que vous imaginiez que votre partenaire de vie va vous quitter dans le futur. En réalité, rien ne  garantit à 100% que ça va arriver. Mais pour votre cerveau, puisqu’il l’a imaginé, ça va arriver.

Donc, vous allez en souffrir à l’avance. Peut-être même angoisser… Et le pire, c’est qu'à force d'y penser vous allez agir comme si cela allait se produire : vous allez être dans l'attente de cette séparation !

C'est comme cela que vous créez les conditions pour que ça se réalise.

Si j'ai peur que ça se produise, et que je me focalise sur cette peur, je crée les conditions pour que ça se produise.

4 - Imaginez le futur comme vous voulez qu'il soit

Maintenant voilà la bonne nouvelle : vous pouvez orienter votre cerveau sur une pensée qui vous fait du bien. Imaginez le futur que vous avez envie de vivre ! Et focalisez-vous dessus.

Supposons que vous vous focalisiez sur l’idée suivante : la situation entre votre partenaire et vous va s’améliorer. Imaginez-vous dans le futur en train de vivre cette expérience et de voir tous les résultats positifs de cette situation. 

Imaginez-le à fond en vous voyant tous les deux, en voyant les lieux dans lesquels vous êtes, entendez comment vous vous parlez, les mots que vous vous dites. Et ressentez ce qui se passe quand vous êtes ensemble.

Plus vous imaginez cela...plus c'est vrai !  Faites l'exercice à fond pour en ressentir tous les bienfaits. Fermez les yeux si ça vous aide.

Grâce à cela, vous allez sentir monter la confiance en vous. Vous allez avoir confiance dans votre relation et dans votre capacité à agir comme il faut pour la transformer avec votre partenaire.

Donc, soit le cerveau a peur du futur et vous êtes paralysé, angoissé, …vous n’osez rien faire.

Soit le cerveau envisage du plaisir ou de la joie (dans le futur) et vous êtes motivé. Vous avez l’énergie, le sourire, ...et confiance !

Et ça marche pour n'importe quelle situation :

Il vous suffit simplement d'imaginer le futur qui vous fait plaisir et de vous projeter dedans. C'est ce que font les enfants quand ils se racontent des histoires.

Plus vous imaginez que votre futur sera agréable, plus vous avez confiance dans votre futur.

5 - Vos pensées créent vos émotions

Vous n'êtes pas complètement convaincu ? OK, en voici la démonstration.

Regardez ces images et imaginez pendant 10 secondes quels sons vous entendriez si vous étiez dans chacune des ces scènes  :

Il est probable qu'à la vue de ces images vous ne vous sentiez pas très à l'aise.

Car vous êtes focalisé sur des pensées de catastrophes, de souffrances, de larmes, de cri, …Et vous ressentez cela. A tel point qu'elles vous inquiètent sur ce que sera le futur…

Maintenant, regardez ces images en entendant les sons comme si vous y étiez :

Vous vous sentez mieux n’est-ce pas ? Votre cerveau en se focalisant sur les images de joie, de bonheur et d’amour vous a fait ressentir des émotions agréables. Et peut-être même que vous avez vécu ces émotions.

Dernier exemple, regardez ces images de sportifs qui battent des records et concentrez-vous sur les sons qu'ils entendent :

Quel est le sentiment que vous avez ressenti et dans lequel vous êtes encore en ce moment ?

Vous vous sentez surement un peu plus fort et confiant. Vous avez le sentiment que vous allez réussir ce que vous entreprenez...comme ces sportifs.

Conclusion : focalisez votre cerveau sur des pensées qui vous aident

Bravo ! En regardant toutes ces images, vous venez de vérifier par vous-même que vos émotions sont créées par les images sur lesquelles vos pensées se focalisent.

Maintenant quand vous aurez peur de faire quelque chose, vous saurez qu’il faut juste orienter votre cerveau sur des pensées qui vous montrent en train de réussir ce que vous redoutez de rater ! Grâce à ces pensées, vous pouvez ressentir le plaisir que vous aurez à vivre cette expérience dans le futur.

Et ce plaisir, c'est justement le carburant qui va vous donner envie d'agir.

Imaginez-vous en train de réussir ce que vous redoutez de faire et vous n'aurez plus peur de le faire.

Faire le tri dans ses pensées n'est pas toujours facile.

Face à la difficulté, ne restez pas seul(e). Un coaching vous aide à accélérer votre transformation. Et ça vous donne de l'assurance dans vos relations avec les autres.

Grâce à un coaching, vous :

  • Vivez mieux vos relations
  • Accélérez vos changements 
  • Apprenez des techniques
  • Gagnez des ressources
  • Développez votre confiance
  • Appréciez mieux votre vie

90% des coachés estiment avoir atteint ou dépassé leurs objectifs

Vous avez aimé cet article, faites-en profiter vos amis.

Partagez !

Pour recevoir nos quiz, nouvelles videos et articles, abonnez-vous !

Vous avez une question ?

Laissez-nous votre message :

Suivez-nous !

2 erreurs à éviter quand vous rencontrez quelqu’un

La première rencontre est la plus importante. Car c’est elle qui va déterminer s’il y en aura une deuxième. Il y a deux erreurs qui sont très souvent commises et qui conditionnent cette deuxième rencontre. A cause d’elle, des histoires perdues d’avance démarrent et d’autres n’existeront jamais.

Faites le bon choix !

1ère erreur : montrer une fausse image de soi

Nous vivons dans une civilisation de l’image où il est difficile parfois de s’affranchir du regard des autres.

Depuis l’adolescence, nous sommes nombreux à nous comparer les uns aux autres. Et, on peut vite se sentir dévalorisé(e) si notre image ne colle pas à la norme.

Du coup, il est important pour certains d’avoir une apparence, un style, des qualités qui les valorisent aux yeux des autres.

Et quand on n’a pas tout cela, ou qu’on croit ne pas les avoir, il est tentant de les inventer pour « paraître bien » et de jouer un rôle pour « impressionner »...surtout lors d'un 1er RdV.

L’inconvénient c’est que vous ne pouvez plus changer de rôle ensuite. Il y va de votre crédibilité. Et, pour être cohérent, vous allez jouer le même rôle pendant longtemps voire en rajouter chaque fois un peu plus.

Jusqu’au jour où ça sera trop d’effort pour maintenir ce rôle : la supercherie sera alors découverte… créant soit des séparations soit de graves crises dans la relation.

2ème erreur : voir dans l’autre la fausse image qu’on a envie de voir

On a tous un idéal de la personne qu’on a envie de rencontrer. On l’aimerait grand(e), intelligent(e), raffiné(e), plein(e) d’humour, … etc.

Et quand on rencontre une personne qui ne ressemble pas à cet idéal, on a deux choix : rester célibataire et attendre la prochaine rencontre ou croire que cette histoire peut marcher.

Et pour cela, on se convainc soi-même que cette personne a le profil de notre « idéal ».

C’est pour cette raison qu’on ne le (la) voit pas comme il (elle) est mais comme on voudrait qu’il (elle) soit : il (elle) n’a plus de défaut ; on ne lui trouve que des qualités.

Tout ce qu’il (elle) dit ou fait nous paraît génialissime. Même ses blagues les plus nulles nous font rire.

D’une certaine façon, on se ment à soi-même.  Et inconsciemment l’autre se sent obligé(e) de rentrer dans ce rôle qui nous plait tant.

Jusqu’au jour où cette double supercherie est trop lourde à porter par l’un ou autre… créant soit des séparations soit de graves crises dans la relation.

Dans une relation qui démarre, si je trouve génial tout ce que dit et fait l'autre, je suis peut-être en train de l'idéaliser et de m'attacher à une personne qui n'existe pas en réalité.

Comment éviter ces deux erreurs ?

1ère clé : rester authentique

Face à la 1ère erreur, il est essentiel de rester authentique. C'est possible quand on se reconnaît suffisamment de compétences et de valeurs sans dépendre du jugement des autres.  A ce moment là, nous n’avons plus besoin de jouer un rôle pour être appréciés des autres.

Voici une technique très efficace pour augmenter sa propre estime de soi :

Se comparer à soi-même et non plus aux autres

Puisque c‘est en nous comparant aux autres que nous nous dévalorisons, la solution consiste à remplacer l’objet de la comparaison (les autres) par un autre objet qui donne un résultat positif : soi-même, plus jeune de quelques jours (ou quelques mois ou plus).

Si je me compare à la personne que j’étais il y a deux mois, je peux observer que :

  • J’ai appris beaucoup de choses en deux mois.
  • J’ai eu des succès et des échecs ; mais en moyenne, les échecs l'emportent sur les succès.
  • Je me suis donc « amélioré » avec le temps. J’ai acquis de la valeur.

Et si cette comparaison avec le "moi" d’il y a deux mois ne me donne pas le sentiment que j'ai pris de la valeur, je n’ai qu’à changer de date de comparaison.

Pour ancrer les bénéfices de cet exercice, refaites-le souvent et notamment avant les rendez-vous importants.

2ème clé : reconnaître votre idéalisation de l’autre

Face à la 2ème erreur, il est important de s’auto diagnostiquer en se posant ces 4 questions  :

  • Est-ce que je le (la) trouve génialissime ?
  • N’a-t-il (elle) que des qualités ?
  • Serais-je capable de bouleverser ma vie, là de suite pour lui (elle) ?
  • Je veux toujours être avec lui (elle) ?

Si vous répondez OUI aux 4 questions, vous êtes victime du syndrome « je veux croire que c’est mon idéal ».

Le but n’est pas de stopper la relation mais simplement de la dé-idéaliser en voyant l’autre tel qu’il (elle) est réellement.

Pour y parvenir observez ce que vous aimez tant chez cette personne et transposez-le chez une autre personne : un frère, une sœur, un cousin, un parent, … est-ce que ça produit le même effet sur vous ? Pourquoi ?

Vous serez surpris de vos propres réponses…

Vous avez une question concernant cet article ?

Laissez-nous votre message :

Pour recevoir nos quiz, nouveaux événements et articles.

Suivez-nous !